Actualités

Le Groupement d'Employeurs des Métiers de la Mer du Bassin d'Arcachon-Val de l'Eyre recrute sa/son c

Vendredi 17 Novembre 2017

Le CRGE se réjouit de la création du Groupement d’Employeurs des Métiers de la Mer du Bassin d’Arcachon-Val de l’Eyre.

Afin de lancer effectivement le projet, le GE recrute sa/son coordinatrice/teur.

Pour voir l’offre cliquez ici

Le premier Service de Remplacement (agri)culture voit le jour en Île de France

Jeudi 19 Octobre 2017

S’il était une disposition du code du travail non utilisée par les Groupements d’Employeurs non agricoles, c’était bien celle permettant à des chefs d’entreprises commerciales ou à des personnes exerçant une profession libérale, de recourir, à l’instar des chefs d’exploitations agricoles, à un Service de Remplacement.


Porté par le GE Paris Culture, en partenariat avec l’EPEC (Ensemble Paris Emploi Compétences), le « Service de Remplacement des librairies indépendantes parisiennes » ou plus simplement « Librairie Volante », constitue l’aboutissement d’une expérimentation lancée en 2014 afin de permettre aux gérants de commerces culturels de « sortir de leurs boutiques » pour des raisons aussi bien personnelles que professionnelles. Et l’expérimentation portée administrativement par le GE Paris Culture est devenue une réalité. Depuis janvier 2017, déjà 16 commerces culturels ont utilisé ce service constitué de 4 remplaçants. Si les Services de Remplacement existent depuis les années 70, c’est une grande nouveauté que d’en voir émerger un dans le secteur de la culture.

Les gérants de ces entreprises culturelles (disquaires et libraires) d’Île de France peuvent désormais, eux aussi, avoir rapidement accès à un remplacement ponctuel afin de se dégager du temps. Une prise en charge partielle du coût du remplacement est possible à la fois pour le motif de recours « formation professionnelle » grâce à une participation d’AGEFOS PME et pour le motif de recours « temps pour soi » grâce à la convention signée avec la DRAC Île de France.

Pour répondre à ce nouveau besoin, la création d’une deuxième structure juridique, différente du GE Paris Culture, a été nécessaire. La forme particulière de Groupement d’Employeurs que constitue le Service de Remplacement nécessite en effet un agrément spécifique délivré par la DIRECCTE qui prévoit l’obligation de réaliser au moins 80% de l’activité sous forme de mise à disposition de personnel remplaçant. Cela rendait donc impossible la conciliation de cette activité de remplacement avec l’activité habituelle de mutualisation de compétences proposée par le GE Paris Culture.

La persévérance de Delphine Blondin, coordinatrice générale du GE Paris Culture et de la Librairie Volante et l’engagement des pouvoirs publics franciliens ont ainsi ouvert la voie à de nouvelles initiatives qui pourraient soulager bien des chefs d’entreprises artisanales ou industrielles. Il est en effet intéressant d’observer que l’activité de Service de Remplacement, si elle a été largement portée par le secteur agricole, ne lui est pas exclusive et peut se prêter à d’autres secteurs d’activité, à la condition d’être couplée à des modalités de prise en charge financières incitatives pour les chefs d’entreprises.

Le livre blanc du CRGE transmis à Muriel Pénicaud

Samedi 15 Juillet 2017

Le 13 juillet 2017, le CRGE a envoyé son livre blanc « Faire évoluer le cadre légal des GE » à la Ministre du Travail en lui proposant d’intégrer des dispositions dans les mesures qui seront prises par ordonnances pour le renforcement du dialogue social.

Ces propositions répondent à l’enjeu de la loi pour le renforcement du dialogue social de « modifier les règles de recours à certaines formes particulières de travail ».
 
Voici les 8 mesures proposées par le CRGE comme pouvant permettre aux GE de prendre une ampleur plus conforme à leurs nombreux atouts :

1.  La transparence sociale entre le GE et ses adhérents

2. L'exonération de cotisations sociales sur les sommes versées au titre de l'intéressement et de la participation

3. Le calcul des effectifs au sein du GE

4. L'éligibilité des GE à la déclaration service à la personne

5. La transparence TVA entre le GE et ses adhérents

6. La provision pour couvrir la responsabilité solidaire

Consulter le livre blanc du CRGE

Une équipe inédite au "Travail"

Vendredi 14 Juillet 2017

Nommée Ministre du Travail le 17 mai dernier, Muriel Pénicaud, 62 ans, a effectué une longue carrière dans le privé : directrice générale de Business France depuis 2014 après avoir occupé le poste de directrice générale adjointe chez Dassault-Système (2002-2008) où elle était en charge de l’organisation, des ressources humaines et du développement durable. Elle a également travaillé chez Danone, dont elle a été directrice des Ressources Humaines.

Mais la sphère publique et le Ministère du Travail ne sont pas étrangers à cette habituée du secteur privé. Elle fut conseillère à la formation de Martine Aubry, première Présidente de l’Institut National du Travail, de l’Emploi et de la Formation Professionnelle de 2006 à 2009, et membre du Haut Conseil du Dialogue Social. Elle a également été chargée de cours à l’ENA sur la formation professionnelle.

La nouvelle Ministre du Travail aura la charge de la réforme économique et sociale la plus lourde de ce début de quinquennat : la réforme (par ordonnances) du marché du travail, avec notamment l’élargissement des accords d’entreprise à tous les aspects, le plafonnement des indemnités prud’homales…

Biographie officielle de la Ministre

Programme de travail - 6 juin 2017

Pour l’aider dans cette tâche, elle s’appuiera sur un cabinet resserré, résultat du subtil jeu d’équilibre des cabinets ministériels sous l’ère Macron.

Le choix des collaborateurs des Ministres fait apparaître des fidèles d’Emmanuel Macron, mais aussi des anciens des équipes sarkozystes, des « technos » et des personnalités de la société civile.

Car s’il est d’usage de récompenser les fidèles de la première heure en leur offrant des postes dans l’entourage direct des Ministres, il a fallu, cette fois, composer avec les promesses de renouvellement et d’ouverture d’Emmanuel Macron.

Au poste de directeur du cabinet, ainsi nommé Antoine Foucher, longtemps vice-président du pôle social du Medef. Ancien conseiller d’une personnalité de droite (en l’occurrence Xavier Bertrand au Ministère du Travail), ce « techno » est considéré par les syndicats comme un excellent interlocuteur, fin connaisseur du dialogue social. Il sera secondé dans sa tâche par Stéphane Lardy. Cet ancien cadre de Force Ouvrière (FO), où il a été chargé de l’emploi et de la formation, est considéré comme un « réformiste ».


Un ancien du Medef, directeur de cabinet


Le directeur du cabinet de Muriel Pénicaud, peut se prévaloir d’au moins deux atouts : il connaît bien les figures qui comptent, chez les syndicats comme dans le monde patronal, et le droit du travail est une manière qui lui est familière.


Né en 1980, ce diplômé de lettres modernes et de philosophie est passé par le master affaires publiques de l’IEP de Paris. Il a d’abord fait ses armes dans le cabinet de conseil et d’études (ECS) avant d’intégrer, comme administrateur, la commission des affaires sociales du Sénat. En janvier 2011, il entre donc au cabinet de Xavier Bertrand, en tant que conseiller chargé du marché du travail. Il y reste jusqu’en 2012 avant de rejoindre le Medef comme permanent pour traiter les questions sociales. Nommé en 2015 directeur général adjoint de l’organisation patronale, il quitte celle-ci un an après, sous la pression de plusieurs fédérations qui le jugent « arrogant. »

Le CRGE a déjà eu l’occasion de rencontrer à deux reprises Antoine Foucher : en décembre 2011, au cabinet de Xavier Bertrand puis en juillet 2015, au Medef. Il connaît les GE et le CRGE. Une troisième rencontre devrait bientôt être programmée.


Un ex-négociateur FO, directeur adjoint


Comme pour contrebalancer le choix d’Antoine Foucher, ancien du Medef, la Ministre du Travail a choisi l’ancien négociateur de Force Ouvrière, Stéphane Lardy comme directeur adjoint du cabinet.
Stéphane Lardy a été pendant des années l’homme fort de Force Ouvrière sur les questions de l’emploi et du travail, piliers des négociations sociales. Il a un temps fait figure de successeur potentiel de Jean-Claude Mailly. Mais réformiste affiché, militant socialiste, il n’était pas du goût de la mouvance trotskiste du syndicat.

Notons également la nomination comme conseiller spécial travail-emploi-formation auprès du Premier Ministre de Franck Morel, avocat associé chez Barthélémy depuis 2012 mais aussi celle de Pierre-André Imbert, ancien directeur de cabinet de Myriam El Khomri comme conseiller social à l’Elysée. Tous les deux membres de la Fondation Travailler Autrement sont particulièrement sensibles aux nouvelles formes d’emploi.

"Libérons ensemble le potentiel des Groupements d’Employeurs"


C’est avec cette introduction engageante que le Président du CRGE s’est adressé à la Ministre du Travail le 19 juin.

« Monsieur le Président de la République, Emmanuel Macron, souhaite réformer le Code du Travail pour flexibiliser le travail et en même temps protéger les salariés.
La Commission Européenne via le socle européen des droits sociaux encourage les formes de travail innovantes qui assurent des conditions de travail de qualité [...]

Lire l'intégralité du courrier du CRGE au Ministère du Travail

AG et agilité : une valse bien pensée pour le GE 4 Saisons

Jeudi 13 Juillet 2017

Le 27 juin dernier, se tenait l'Assemblée Générale du Groupement d'Employeurs 4 Saisons, dans le Gers à Nogaro.

Pascale Croc, Présidente de deux GE agricoles en Charente-Maritime et administratice du CRGE, était invitée par le GE 4 Saisons pour présenter "Le Groupement d'Employeurs comme outil d'agilité pour les entreprises".

Vous n'étiez pas présent ? Découvrez en exclusivité son discours complet :

Discours complet de Pascale Croc