Actualités

Le CRGE recrute en Nouvelle-Aquitaine

Jeudi 11 Mai 2017

Le Centre de Ressources des Groupements d’Employeurs a pour missions, notamment en Nouvelle-Aquitaine, de développer - via les Groupements d’Employeurs - l’organisation du travail à temps partagé et de la mutualisation d’emplois.

 

Dans ce cadre, il recrute deux animateurs territoriaux, l’un basé en Gironde, et l’autre en Haute-Vienne.

Consultez l'offre d'emploi ex Limousin

Consultez l'offre d'emploi ex Aquitaine

Les GE en ont rêvé, le portage salarial l'a fait !

Mercredi 10 Mai 2017

Cela fait maintenant 10 ans que les partenaires sociaux ont entamé une réflexion sur cette nouvelle forme d’emploi qu’est le portage salarial. Il fait figure de dernier-né dans le domaine, puisqu’il n’a été introduit dans le Code du Travail qu’en 2008. A peine 10 ans plus tard (22 mars 2017), malgré la tendance à la réduction drastique du nombre de branches professionnelles – le Gouvernement s’est fixé comme objectif de passer de 700 branches professionnelles aujourd’hui à environ 200 d’ici la fin 2019 –, la convention collective de branche des salariés en portage salarial a été signée.

Le portage salarial devient, par cet accord, un des statuts principaux qui permet aux indépendants de développer leur activité avec un niveau de sécurité accru. La France rattrape son retard sur le sujet des nouvelles formes d’emploi et ouvre une nouvelle voie à l’emploi, par exemple pour les travailleurs indépendants ayant opté pour le portage salarial, plus sereins face à l’indépendance.

La signature de la convention collective du portage salarial constitue un évènement qui revêt un caractère exceptionnel et ce pour trois raisons :

  • Le contexte est bien à la réduction du nombre de branches professionnelles d’ici 3 ans ;
  • Le portage salarial ne compte qu'environ 20 000 salariés ;
  • Obtenir un accord unanime en moins de 4 mois, alors que la négociation d’une convention collective prend généralement entre 18 et 24 mois, est une première en France.

 
Les points clés de cette convention collective :

  • Un fonds de mutualisation (0,3% de la masse salariale) visant spécifiquement à sécuriser le parcours des portés, inclus dans une enveloppe globale de 1,6 % dédiée à la formation.

L’objectif et le fonctionnement de ce fonds seront précisés dans le cadre de l’accord de méthode.

Ce fonds est probablement inspiré du fonds de sécurisation des parcours des intérimaires (0,5% de la masse salariale de l’ensemble des intérimaires et de 10% des salaires des intérimaires en CDI pendant les périodes de mission minorée des dépenses justifiées) qui finance notamment les périodes d’intermission et la formation des intérimaires.

  • Une réserve utilisable pour les personnes en CDI qui se lancent en portage salarial, durant leurs périodes d’inactivités.

 
Un exemple à suivre pour les GE ?


Le CRGE vous concocte, pour la rentrée de septembre, une réflexion autour de l’avenir des GE. L'occasion de revenir sur ce sujet et bien d’autres encore.